×

Warning

Error loading component: com_icagenda, Component not found

Error loading component: com_icagenda, Component not found

Ecole Nationale des Douanes

103 « Patriotes » à la disposition de 6 Administrations douanières

sortie end 19La Direction Générale (DG) de l’Ecole Nationale des Douanes (END) a organisé la sortie officielle de promotion de ses élèves en fin de formation, le mardi 15 octobre 2019 à Ouagadougou. Composés de 103 agents et cadres des Douanes, cette promotion a été baptisée « Patriotisme ».


 

70 Burkinabè (dont 20 inspecteurs, 40 contrôleurs et 10 Assistants), 09 contrôleurs Bissau-Guinéens, 15 Congolais (06 inspecteurs et 09 contrôleurs), 01 inspecteur Gabonais, 05 Centrafricains (02 inspecteurs et 03 contrôleurs), 01 contrôleur Tchadiens et 02 contrôleurs Togolais. Ce sont ces 103 agents et cadres des Douanes baptisés « Promotion Patriotisme » que l’Ecole Nationale des Douanes (END) a mis à la disposition de ces 06 Administrations douanières. Ces élèves inspecteurs des 24e et 25e sessions, élèves contrôleurs de la 29e session et élèves assistants de la 30e session ont obtenu un taux de succès global de 94,46%. A leur sortie, le délégué des élèves, Mathieu BAYALA a confié que la promotion est prête à accomplir avec professionnalisme et dévouement, les missions assignées à leurs administrations. Dans un contexte de crise sécuritaire où le gouvernement est en quête de ressources pour financer ses projets inscrits dans le PNDES, le principal défi qui attend les agents des Douanes du Burkina est la mobilisation optimale des recettes fiscales, s’est dit convaincu Mathieu BAYALA. Il a félicité la Direction Générale de l’END qui est déjà dans cette dynamique avec l’adoption de son Plan stratégique, avant de remercier leur parrain, le Directeur Général des Douanes et des Droits indirects du Congo (Brazzaville), Guénolé MBONGO KOUMOU pour avoir accepté de parrainer leur promotion.

Quant au DG de l’END, l’Inspecteur divisionnaire des Douanes, Casimir SAWADOGO, il a précisé que la formation initiale reçue par ces élèves a eu pour objectif de graver dans leurs cœurs, l’amour et le souci constant de la protection des intérêts économiques et sociaux de la Nation. Rappelant aux impétrants que l’expérience vaut mieux que la science, Casimir SAWDOGO les a invités à tirer les bons enseignements des expériences qu’ils vivront sur le terrain. Il a aussi remercié sa hiérarchie pour avoir prêté une oreille attentive aux doléances de l’END chaque fois qu’elle a été sollicitée, avant de féliciter le corps professoral et le personnel de l’Ecole pour ces résultats obtenus. Le DG de l’END a encore réitéré à son ministère de tutelle que son Centre de formation a engagé le processus de certificat ISO 9001 version 2015, sollicitant la pose de la 1ère pierre du nouveau siège de l’END à Tanghin-Dassouri soit effective en 2020 afin de mieux booster la qualité de la formation.

Le DG des Douanes et des Droits indirects du Congo (Brazzaville), Guénolé MBONGO KOUMOU, sortie end 19 1parrain, a estimé que le nom de la promotion « Patriotisme » est un simple mot mais lourd de signification dans le contexte sécuritaire et socioéconomique actuel. « Par ce mot, la douane, à travers cette promotion, devra faire preuve d’amour pour la patrie et de dévouement, assurer ses missions avec rigueur et intégrité, dans le but d’atteindre le bien-être collectif », a-t-il conseillé à ses filleuls. Guénolé MBONGO KOUMOU s’est dit persuadé que ses filleuls mesurent pleinement l’ampleur de la mission qui les attend, les invitant sans plus tarder au travail, au respect des lois et de la règlementation qui régissent le fonctionnement des administrations. Présidente de la cérémonie, Mme le ministre délégué chargé du Budget, Clémence Edith YAKA, représentant le MINEFID, a rappelé que si la petite END est devenue un Centre régional de formation agréé de l’OMD, c’est bien parce que des hommes et femmes ont apporté leur pierre à la construction de l’édifice. Aux élèves sortants, dotés d’aptitudes physiques, morales et intellectuelles appréciables, mus par le respect de l’éthique de douaniers et qui se sont abreuvés à la source d’encadreurs compétents et rigoureux, Edith YAKA, a signifié que le diplôme ne vaut que ce que vaut son titulaire. « Une fois sur le terrain, gardez-vous d’être des obstacles à l’application des reformes de l’administration douanière, soyez plutôt de ceux-là qui travailleront à en faciliter la mise en œuvre », a-t-il conseillé. Il les a invités à percevoir des recettes, à mettre en œuvre les politiques commerciales et tarifaires, à assurer le respect des normes de sécurité pour le consommateur, à percevoir les droits relatifs à la fiscalité de porte, à participer à la lutte contre le terrorisme et le trafic des produits illicites, dans la discipline, la discrétion professionnelle, la compétence et l’initiative.

Ecole Nationale des Douanes

25 élèves Inspecteurs soutiennent leurs mémoires de fin de formation

soutenance end 19La Direction Générale de l’Ecole Nationale des Douanes (END) organise les 8 et 9 octobre 2019 en son sein, la soutenance des mémoires de fin de cycle de formation des Elèves Inspecteurs des Douanes de la 25e session. Cette session a évalué les recherches de 25 élèves inspecteurs du Burkina Faso, du Congo, du Togo et de la Centrafrique.


 15 élèves Inspecteurs des Douanes du Burkina Faso, 06 du Congo, 02 du Togo et deux de la Centrafrique. C’est au total 25 élèves Inspecteurs des Douanes qui passent les 8 et 9 octobre 2019 devant les jurys à l’Ecole Nationale des Douanes (END) dans le cadre de la 25e session des soutenances de leurs mémoires de fin de cycle de formation. Les thèmes abordés sont entre autres, relatifs à l’insécurité, les tracasseries routières, le blanchiment de capitaux. Faite par l’Elève Inspecteur Saturnin Alain BAGORO, la soutenance inaugurale a porté sur : « Le rôle de la Douane dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au Burkina Faso ». soutenance end 19 1Ses travaux visaient ainsi à permettre à la Douane de maitriser les circuits et les modes opératoires du blanchiment des capitaux, de cerner les circuits d’approvisionnement financiers du terrorisme en vue d’un assèchement des sources de financement de ce fléau mondial et de prévenir les déséquilibres de l’économie nationale pouvant résulter de ces fléaux. L’élève inspecteur BAGORO est donc parti sur la base de deux hypothèses qui sont : « la douane dispose d’instruments juridiques et matériels pour lutter efficacement contre le blanchiment des capitaux » et « la douane burkinabè, maillon important de l’économie, est en mesure de cerner les sources de financement du terrorisme pour une lutte appropriée ». Après des recherches documentaires, l’administration de questionnaires et des entretiens à travers un guide et avec des personnes ressources, sa première hypothèse a été partiellement confirmée parce qu’il est abouti au résultat que de 2013 à 2018, ce sont 3,650 milliards F CFA qui ont été saisis dans le cadre de la lutte contre le blanchiment des capitaux, avec toutefois, une inexistence de moyens matériels, en plus de saisies de chanvre indien, cocaïne, héroïne et médicaments illicites. « S’agissant de la lutte contre le trafic illicite de l’or et des autres substances précieuses, au titre de l’année 2018, la douane a saisi 9120,97 grammes d’or et 64 887,67 grammes d’alliage », a-t-il dit, confirmant ainsi sa 2e hypothèse. En termes d’obstacles rencontrées par la Douane, il a cité la prédominance du secteur informel dans le commerce, le faible taux de bancarisation, la porosité des frontières, la méconnaissance des phénomènes de blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, l’émergence du commerce électronique et la corruption. Comme suggestion, il propose à l’Administration douanière de renforcer l’encadrement du secteur informel et d’élargir les droits d’accès dans les sites miniers et au salon VIP de l’aéroport par les services des douanes. En conclusion, il estime que la douane, au regard des infractions sous-jacentes dont la répression entre dans ses prérogatives, devrait contribuer fortement à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Après évaluation des fruits de ses recherches et de sa présentation, l’élève inspecteur BAGORO a obtenu la note de 16/20.

soutenance end 19 2A l’ouverture des soutenances, le Directeurs Général de l’END, Casimir SAWAGOGO a rappelé que divers thèmes sont abordés par ces élèves dont les conclusions de leurs recherches contribueront à un meilleur fonctionnement de leurs Administrations douanières. La particularité de cette année, a-t-il fait savoir, est que ces soutenances concernent la toute première promotion qui a été formé en deux ans suite au changement intervenu dans le cycle de formation des élèves inspecteurs. « C’est le lieu pour moi donc de féliciter et remercier le corps enseignant, le personnel administratif et tous ceux qui ont encadré ces candidats pour les efforts consentis », a soutenu le DG de l’END. Pour sa part, le Secrétaire Général du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), le Dr Abel Seglaro SOME, a félicité les élèves inspecteurs pour leurs recherches. En effet, a-t-il dit, les résultats de leurs travaux sur les difficultés des Administrations douanières permettront de faire des suggestions et des recommandations en vue de l’amélioration de leur performance dans la mobilisation des recettes au profit du budget de l’Etat.

Modernisation des administrations douanières, des experts formateurs de l’Afrique de l’Ouest à l’école de l’OMD

experts formateurs OMD DGDL’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) en collaboration avec la Direction Générale des Douanes (DGD) et le Centre Régional de Formation de l’OMD de Ouagadougou, organise du 27 août au 1er septembre 2018, un atelier de formation des formateurs au profit des experts formateurs des pays francophones de la Région Afrique Occidentale.

Venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo, ils sont une trentaine de participants, qui, après une première formation à Dakar en avril dernier, participent à celle organisée au Centre régional de formation (CRF) de l’OMD à Ouagadougou (END), dans le cadre du Projet MADAO (Projet de modernisation des administrations douanières d’Afrique de l’Ouest). A l’ouverture des travaux, le directeur des études, des évaluations et des stages de l’END, Georges Médah, représentant le DG de l’END, a précisé que les rencontres du genre témoignent du dynamisme du CRF. Il a donc exprimé sa reconnaissance à la DGD pour son appui constant dans l’organisation de ces ateliers et à l’OMD à travers les formateurs Richard Chopra et Si Mohamed El Hail, du projet MADAO.

A entendre Richard Chopra, chef du projet MADAO, cette formation vise essentiellement deux objectifs. « Le premier est de consolider le matériel de formation de base pour le cursus douanier experts formateurs OMD DGD1dans toute la région qu’on a commencé à développer à Dakar au Sénégal en avril 2018. On aura donc des modules liés à la valeur, au classements tarifaire, à l’origine, aux instruments régionaux comme le Tarif extérieur commun en plus des instruments de lutte contre la fraude, gestion des risques et autres matières affairantes au métier de douanier », a-t-il confié. Le deuxième objectif, a renchéri M. Chopra, est de consolider les acquis des experts régionaux, pour être de meilleurs formateurs notamment pour intégrer de nouvelles techniques de formation conformément aux normes internationales de l’OMD en matière de formation basées sur les compétences et considérées comme les meilleures pratiques pour les douaniers et les non-douaniers.

Pour sa part, William Kaboré, chargé de mission auprès du Directeur Général des Douanes, représentant le DGD, a salué la tenue de cette formation, si l’on sait que la formation a toujours été à la base de toute administration qui se veut professionnelle. « Elle est devenue un véritable défi pour nos administrations, tant il est vrai que les techniques et approches de l’administration douanière sont confrontées au quotidien à l’évolution globale et rapide du milieu pour lequel elles sont forgées », a-t-il soutenu. Pour M. Kaboré, la stratégie élaborée dans le cadre du projet MADAO et validée lors de la rencontre desexperts formateurs OMD DGD2 DG de la Région de la CEDEAO à Abuja en décembre 2015 est le prolongement de ce constat. Ladite stratégie, a-t-il poursuivi, vise à mettre en œuvre au profit des administrations douanières de la Région, trois grands programmes de formations notamment la formation de base régionale, la formation continue sur les instruments de la CEDEAO visant l’intégration régionale, et le programme de perfectionnement des cadres dirigeants en leadership et management.

Le représentant du DGD s’est donc réjoui de la tenue de cet atelier qui fait suite à celui de Dakar et qui permettra à la trentaine de participants, de parfaire le kit de formation de base régionale selon le programme contenu dans le document de stratégie régionale de formation. « Dans le cadre du programme de coaching régional, vous constituerez un pool de formateurs dans le processus de renforcement des capacités des administrations douanières des pays de la Région Afrique Occidentale », a-t-il dit aux participants. Il les a donc exhortés à être assidus et à participer activement aux travaux étant donné que l’END du Burkina Faso a été désignée comme Site pilote et que les résultats des travaux seront appliqués à la promotion des inspecteurs de l’année 2018.

Trafic illicite d’espèces sauvages protégées : un vivier de formateurs en constitution pour engager la lutte


L’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) organise en collaboration avec la Direction Générale des Douanes (DGD) et le Centre Régional de Formation(CRF) formation good18de Ouagadougou, un atelier de formation et d’accréditation d’experts francophones de l’Afrique occidentale et centrale sur le trafic illicite d’espèces sauvages protégées du 12 au 22 juin 2018 à Ouagadougou.

A travers le monde et particulièrement en Afrique, de nombreuses espèces de la faune et de la flore sauvages sont menacées d’extinction du fait des trafics illicites. Après deux formations de formateurs en Asie et en Afrique, l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), en collaboration avec la Direction Générale des Douanes (DGD) et le CRF de Ouaga, veut constituer un vivier de formateurs et d’experts au profit des administrations douanières de ses pays membres de l’Afrique francophone subsaharienne et de Madagascar. Elle organise à cet effet un atelier de formation de formateurs et d’accréditation d’experts dans le cadre de son projet INAMA, du 12 au 22 juin 2018 au Centre régional de formation (CRF) de l’OMD de Ouagadougou au profit de 17 participants venus du Burkina Faso, du Cameroun, du Congo Brazza, du Gabon, de Madagascar et du Togo. A l’ouverture des travaux, le directeur du CRF, Casimir SAWADOGO, par ailleurs DG de l’END, a rappelé que cet atelier qui intervient 3 mois après celui sur l’origine au CRF, permettra d’apporter un plus dans la mise en place d’un vivier d’experts pour la Région.

Chef de programme environnement de l’OMD, Roux RAATH a précisé que cet atelier vise à créer un renforcement de capacités soutenable dans la région.formation good18 1 Cette soutenabilité, a-t-il dit, pourra s’obtenir par l’introduction de formations spécifiques dans les formations des écoles nationales des douanes et l’accréditation d’experts. Pour Roux RAATH, formateur à cet atelier, les 10 jours seront donc mis à profit pour aborder des aspects techniques notamment la Convention pour la protection des espèces sauvages protégées, les risques opérationnels dans les contrôles et la préparation de propositions de formation par les participants, au profit de leurs administrations douanières respectives.

Déjà, la Directrice Générale Adjointe des Douanes (DGA/Douanes), Micheline ILBOUDO/DIALLO, a souligné que le Projet INAMA de l’OMDformation good18 2 vise à renforcer les capacités de lutte contre la fraude d’administrations douanières ciblées en Afrique subsaharienne et en Asie, en se concentrant sur le trafic illicite d’espèces sauvages, notamment sur les espèces inscrites à la CITES. Le capital humain étant le moyen déterminant d’un suivi efficace des actions de protection des espèces sauvages, la DGA/Douanes a donc salué cette formation des formateurs qui contribueront à la conduite d’activités de formation et d’assistance technique pour le compte de l’OMD et au profit des administrations douanières membres. Par conséquent, Mme ILBOUDO a exhorté les participants à profiter des connaissances des experts de l’OMD, pour dégager des retombées positives pour leurs administrations et la communauté mondiale en général. 

Les élèves inspecteurs à l’épreuve de la soutenance de leurs mémoires

Du 4 au 6 juin 2018, l’Ecole Nationale des Douanes (END) organise les soutenances de mémoires de fin de cycle de la 23e session de ses élèves inspecteurs des douanes. Après la cérémonie inaugurale, le Gabonais Dorian Dan Curtis Abogué Meyo a soutenu et obtenu la note de 16/20. Au total, 50 élèves dont 24 Burkinabè ont abordé diverses problématiques de l’administration douanière.

La contribution de l’administration des douanes ou développement durable et à la lutte contre le terrorisme, la gestion prévisionnelle des effectifs emplois et compétences au sein de l’administration douanière, end soutenantce2 2018la coopération entre la douane et les autres administrations publiques pour une gestion coordonnée des frontières et la problématique du recouvrement des recettes douanières dans un contexte d’incivisme fiscal. Ce sont là quelques thèmes abordés par les 50 élèves inspecteurs divisionnaires des douanes lors de la 23e session de l’Ecole Nationale des Douanes (END) pour la soutenance de leurs mémoires de fin de cycle. Pour cette session, ils sont 24 Burkinabè, 18 Gabonais, 5 Congolais, 2 Togolais et un Nigérien qui, après trois ans de formations pour certains et deux ans pour d’autres, défendent devant un jury, le fruit de leurs recherches qui couronnent leur formation.

En cette occasion solennelle, le Directeur Général (DG) de l’END, Casimir Sawadogo, a exprimé sa gratitude aux autorités du ministère en charge des Finances et de la Direction Générale des Douanes pour les efforts constants en vue de permettre à l’END de réussir ses missions. A l’entendre, la formation des inspecteurs divisionnaires des douanes s’achève par cet exercice assez éprouvant mais très formateur qu’est la préparation et la présentation devant un jury, d’un mémoire. Déjà, le DG casimir Sawadogo a remercié l’ensemble du corps professoral de l’Ecole pour le travail acharné, mais aussi les Directeurs de mémoires pour l’encadrement des élèves, avant d’encourager les impétrants à donner le meilleur d’eux-mêmes lors des soutenances.

Le secrétaire général du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), le Dr Séglaro Abel Somé, a salué les efforts constants de l’END qui a résolument fait de la performance, son cheval de bataille avec à la clé, la culture de l’excellence et des innovations dont elle fait montre depuis son érection en EPE en 2013. end soutenantce1 2018« J’ai la ferme conviction que … l’END relèvera toujours le défi de la formation, tout en élargissant son horizon dans le cadre non seulement de son érection en EPE, mais également et surtout dans le cadre de son érection en Centre régional de formation de l’Organisation Mondiale des Douanes », a-t-il ajouté. Le Dr Abel Somé s’est réjoui de la pertinence des thèmes abordés, convaincu qu’à travers ces thèmes, de nouvelles pistes de solutions seront proposées afin de permettre à la Direction générale des douanes du Burkina Faso ainsi qu’à celles du Gabon, du Congo, du Togo et du Niger, d’accroître leurs performances.

Pour la soutenance inaugurale, c’est le Gabonais, Dorian Dan Curtis Abogué Meyo qui a présenté son travail sur « La mobilisation optimale des recettes douanières par la maîtrise de la gestion des risques au Gadon ». Après l’avoir défendu, le jury lui a donné la note de 16/20 avec la Mention Très bien. L’impétrant, a exprimé sa reconnaissance au corps professoral, à la Direction Générale de l’END, à la douane de son pays, à ses parents, camarades, amis et parents pour ses deux années de formation.

Règles d’origine de l’OMD

13 experts formateurs en accréditation au CFR de Ouagadougou


acre experts

Dans le but de renforcer la réserve de ses experts formateurs francophones en matière de règles d’origine conformément à ses normes,acre experts l’Organisation mondiale des douanes (OMD) organise, du 23 au 27 avril 2018 au Centre régional de formation (CRF) de Ouagadougou, un atelier d’accréditation de 13 fonctionnaires des douanes.

Venus du Bénin,du Burkina Faso, du Burundi, de la Côte d’Ivoire, du Mali, de Maurice,de la RDC, du Rwanda, du Sénégal et du Togo, les 13 experts formateurs, participants à cet atelier représentent les régions Afrique occidentale et centrale (AOC) et Afrique orientale et australe (AOA) de l’Organisation mondiale des douanes. Au nom du directeur général de l’Ecole nationale des douanes (END) et par ailleurs directeur du Centre régional de formation (CRF), le directeur des études, des évaluations et des stages de l’Ecole, Georges Armand Médah, a signifié aux participants que les Règles d’origine sont devenues un élément incontournable du système commercial actuel. En effet, a-t-il dit, plus de 300 accords commerciaux préférentiels sont en vigueur dans le monde entier, avec près de 100 autres en phase de négociation et les Règles d’origine permettent une application correcte de ces accords, ce qui favorise le développement du commerce et encourage l’investissement.

>>> Lire la suite ....

More Articles...